Magazine

Quand la danse éffondre les murs du handicap

Sujet

Rachelle HOARAU

Crédit photo : Jean Enilorac

31 mars 2017 15:55

 

A la rencontre de Richard Chane Woa, professeur à l'école Vérodanse au Tampon & de Wilson Payet, danseur professionnel de la compagnie Danses en L'R

 

             A La Réunion, la danse est encore vue à tort comme un domaine élitiste. Mais cette discipline tend à se démocratiser et ce même dans le milieu du handicap[1]. De la pratique du Handidanse de Dolsy Baudry, à celle de la danse intégrée par Eric Languet, les personnes porteuses de handicap peuvent bénéficier d'un réel accompagnement dans la pratique de cette discipline artistique. Que la démarche soit ludique ou chorégraphique, l'esprit du danseur professionnel est animé par une profonde réflexion sur les limites du corps porteur de handicap. La danse laisse place à une nouvelle liberté pour ces personnes. Celles-ci ont la possibilité de reprendre conscience de leurs réelles aptitudes physiques et mentales…

 

            Le handicap contraint très souvent l'individu qui en est porteur à faire face à des obstacles allant du préjugé à l'exclusion sociale. Ces personnes se retrouvent privées d'activités et voient les portes se refermer face à leurs différences. Parallèlement, la danse tente d'entrer dans la kour du Réunionnais et ce sans oublier les minorités.

 


    Le handidanse

La FFH (Fédération Française Handidanse) a été fondée par Cécile Avio il y a bientôt 20 ans. La pratique handidanse consiste à faire danser les personnes handicapées et ainsi leur ouvrir les portes de la discipline tout en acquérant de l'autonomie et un développement de ses sens. Il s'agit d'adapter la danse au corps et à la situation grâce aux moyens pédagogiques du professeur. Dolsy Baudry est responsable de la Région handidanse Réunion.  

 


          A la croisée entre quête d'expérience et volonté d'insertion, Richard Chane Woa rend compte de ses interventions auprès de jeunes femmes porteuses de handicaps psychiques.

La danse pour décompresser...

            Après avoir découvert la danse fortuitement, Richard Chane Woa ne s'en est plus séparé : « J'ai découvert la danse par hasard et c'est devenu un virus ». Et voilà dix ans que l'amoureux de la discipline a troqué son tablier de pâtissier contre la valse du danseur de salon. Maintenant professeur de danse à l'école Vérodanse, l'enseignant s'est lancé dans une nouvelle expérience il y a tout juste deux ans : Donner des cours de danse à des jeunes femmes porteuses de trisomie 21. Contacté par l'Adapei[2], c'est avec motivation que Richard accepte d'intervenir. Toujours partant pour des nouvelles expériences, son but est d'aider ces personnes à découvrir un véritable divertissement. Il s'agit de les sortir de leur environnement quotidien. L'école Vérodanse a pour politique de créer des liens entre chaque membre. Le professeur et intervenant n'a aucun mal à intégrer ses danseuses porteuses de handicap à d'autres groupes tels que celui des adolescentes. Le seul mot d'ordre est « se faire plaisir » sans distinction d'âge ou de motricité. L'objectif est de créer une mixité entre tout le monde. Ici la danse offre un espace de décompression pour tous et quiconque est le bienvenu.

« Je sais qu'elles sont joyeuses quand elles viennent aux cours » R.CW

 

… S'intégrer…

            La méthode d'excellence n'existe pas. Richard forge son enseignement par « tâtonnements » car il n'y a pas de formation spécifique pour pratiquer la danse avec ce type de public (soit porteur de trisomie 21). Ti lamp ti lamp, il s'agit de trouver la meilleure pédagogie et les petites astuces de mémorisation pour que chacun puisse pratiquer ensemble et à son échelle. Une séance hebdomadaire de 45 minutes est proposée au groupe de femmes. Richard leur apprend des petits enchaînements que les participantes peuvent exécuter sans mal, seules ou à plusieurs. Le but ultime est de monter un spectacle de fin d'année. La danse apporte beaucoup au groupe de femmes porteuses de trisomie : Socialisation, bien-être, échappatoire.

 

            Richard Chane Woa aimerait voir son projet évoluer. Il a été contacté par le Lions Club[3] afin de mettre en place des cours pour les personnes à déficiences visuelles. Il aspire également à se lancer avec des personnes porteuses de handicap moteur. Mais ce n'est pas facile car l'intervenant et ses partenaires peinent à trouver des volontaires ainsi que du personnel formé.

 


        La danse intégrée 

 Il s'agit de faire participer dans le même cours des personnes porteuses de handicap et des personnes dites "valides". Cette mixité permet une rencontre riche et un dépassement des différences où chacun doit être au meilleur de ses capacités. Le travail se fait à l'échelle de chaque corps en vue de créer une esthétique particulière et lourde de symboles. Wilson Payet la pratique avec Eric Languet, responsable et chorégraphe de la compagnie Danse en L'R.

 


 

… Se découvrir…

            Quatre fois médaillé en basket-fauteuil, ancien coureur en athlétisme, joueur de tir à l'arc et de tir à la carabine… Il s'agit bien d'une force vivante : Wilson Payet. Porteur de handicap moteur et contraint de se déplacer en fauteuil, Wilson a été repéré par Eric Languet durant des ateliers de danse organisés à l'I.E.M (Institution d'Education Motrice) à Saint-Louis. Cela fait maintenant cinq ans que le jeune homme de 23 ans est danseur professionnel au sein de la compagnie Danses en L'R.

            Depuis son premier spectacle en tant qu'amateur  au collège de la Chaloupe Saint-Leu dans le cadre de l'événement Danse Peï, le prodige a déjà fait un bout de chemin. Il  se sent plus autonome dans la liberté de ses mouvements mais aussi de ses choix. La danse lui a permis de se découvrir plus profondément et ainsi de libérer toutes ses pulsions et son envie de bouger. Au sein de la compagnie Danses en L'R, Wilson a participé à des spectacles très souvent en duo. Le dernier en date, Ma vie sans bal, est une conférence dansée qui sans tabou ni complexe, met en évidence la vie quotidienne d'une personne handicapée.

            « La danse m'a complètement permis de me dépasser. C'est une liberté, et aussi une rage en soi » W.P

 

… Se dépasser...

            La danse ne se résume pas à « apprendre des pas ». C'est aussi une manière pour le participant d'extérioriser et de réapprendre à se connaître. Wilson Payet danse et improvise sa danse. Le spectacle Fragment d'un discours lumineux comporte des règles mais cela reste de l'improvisation : soit un pur moment de mise à nu et de dépassement de soi. Cette pratique artistique permet à la personne porteuse de handicap de reprendre conscience de son corps afin de se le réapproprier pour enfin découvrir ses vraies limites.

            Le danseur professionnel est également assistant pédagogique et donne lui-même des cours aux personnes dites "valides" ou "non-valides". Il s'agit pour lui, de transmettre son savoir-faire et ses valeurs. Derrière la passion, la danse est pour lui un moyen de défendre la cause des personnes porteuses de handicap. Wilson Payet tente coûte que coûte de bousculer les préjugés et de prouver aux autres que le handicap ne défini pas la personne qui le porte. Il veut montrer que le handicap n'est pas un frein.

            La danse, c'est aussi découvrir du monde et aller à la rencontre de l'autre. Cette activité permet de renforcer des liens mais aussi d'en créer.

«  La danse m'a permis beaucoup de choses : connaître plus de monde, avoir une vie sociale plus épanouie, et aussi de me prendre en charge car j'étais en institution pendant une quinzaine d'années. La danse a changé mon regard sur moi et sur les autres. Ca a changé ma vie. Ca l'a bouleversée mais dans le bon sens. » W.P

 

CONTACT

 

Si intéressé pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter !

 

Vérodanse :

402 rue Hubert Delisle

97430 Le Tampon                                       

Réunion      

site : http://www.verodanse.com

tel : 0262.59.95.32

e-mail : verodanse@wanadoo.fr

 

Compagnie Danses en L'R

20, rue des Navigateurs

Les Ateliers du Trapèze

97434 Saint-Gilles

Réunion

site : http://www.danses-en-l-r.com/

tel : 0262.88.72.37

e-mail : administration@danses-en-l-r.com

 

Handidanse, Dansez Masala

 54 rue Notre Dame des rochers

97438 Sainte Marie

Réunion

mail : dansezmasala@yahoo.fr

tel : 06.93.13.51.84

 

 

[1]ou « toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie […] par une personne en raison d'une altération […] d'une ou plusieurs fonctions sensorielles, mentales, cognitives »

[2]Association départementale de parents et amis de personnes handicapées mentales

[3]Association déclarée, c'est un club service de bénévoles organisant des actions sociales