LALANBIK - PLATEFORME CHOREGRAPHIQUE DANS L'OCEAN INDIEN

PROGRAMME - SOUFFLE OCÉAN INDIEN LALANBIK //2021.

SOUFFLE / OCEAN INDIEN

28 août 2021 22:45

 

 

©Vincent Bruno

Habiter le seuil // MARINE CHESNAIS //ONE BREATH

Un duo chorégraphique qui réunit Marine Chesnais & Clémentine Maubon sur une création musicale de François Jancour avec la collaboration de Stephen O’Malley.

 

Un seul souffle. Danser bio-inspiré c’est faire un avec le vivant. Tracer des liens en dehors des frontières des espèces. Respirer d’un seul et même air. Ouvrir un univers sensible des dessous immergés de l’océan à la création chorégraphique, sur scène. 

 

Habiter le Seuil se déploie en deux volets : une première collaboration scientifique en juillet 2020. Marine Chesnais plonge à la rencontre des baleines à bosse de l’île de La Réunion. De ces interactions dans le grand bleu naissent des improvisations dansées en apnée, qui sont filmées comme matière de recherche pour le duo chorégraphique accueilli pour la première fois lors de la tournée en septembre 2021 à La Réunion. Le spectacle présenté au théâtre de Pierrefonds le 4 septembre puis aux Bambous, au Théâtre Vladimir Canter et à Lespas, est complété par une rencontre le 19 septembre au théâtre de Pierrefonds, de regards croisés, et s’inscrit dans une programmation qui cherche la transversalité des échanges autour des enjeux de la biodiversité marine, et plus globalement sur notre lien au Vivant, sur ce qui se transforme de nos corps et de nos gestes, dans ce lien.

 

Marine Chesnais est une chorégraphe performeuse, née le 1er mai 1988, aux racines bretonnes. Sortant du CNSM de Paris avec un premier prix, elle danse au CCN de Caen puis à Viadanse avec les Fattoumi / Lamoureux, avec le chorégraphe Daniel Dobbels, pour qui elle interprètera notamment un duo en 2016, le solo original L’Effroi sur L’Oiseau de Feu, de Stravinsky. Marine danse actuellement pour la chorégraphe Gisèle Vienne sur sa production CROWD. Passionnée de plongée en apnée, les explorations autour de la fluidité interne et les pratiques énergétiques autour du souffle et de la résonance, sont au cœur de ses recherches créatives. Marine est lauréate 2018 du tremplin FoRTE des talents émergents de la région île-de-France pour sa création RHEIN, en production déléguée avec le CDCN // Atelier de Paris. Elle développe au sein de la compagnie ONE BREATH, la notion de danse bio-inspirée, tournée vers une écologie culturelle et corporelle. 

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

Samedi 4/09 -16 h  + 7/09 -09h30  

+ 19/09 -10 h à 12 h  Journées Européennes du patrimoine   

Théâtre Vladimir Canter -Saint-Denis

9/09 - 18 h                                

Les Bambous  - Saint-Benoît

11/09 - 17 h                                                                 

Lespas -  Saint-Paul

14/09 - 13 h + 19 h    

Ambassade de France & CCFM de Maputo  

Une conférence en ligne organisée fin septembre dans 

le cadre de l’économie bleue Oi

 

+Edition océan Indien #1

Manufacture CDCN-Nouvelle Aquitaine

26/11 

 

 

 

©Le Paon Atypique, Noémie Lamarque

Les Radicaux Libres #1 &  #2/ÉRIC LANGUET/  DANSES EN L’R

Les Radicaux Libres #1 •O-O•

La liberté résulterait-elle des comportements ? Les Radicaux libres privilégient un principe: la multiplicité de chevauchements possibles pour les corps. Tel un procédé chimique, danseuses et danseur, individus et groupes, puisent dans leur imaginaire et leur talent de corps une combinaison d’interactions folles et libres. Danses en l’R propose pour ce premier volet, des radicaux libres - molécules instables traçant un spectacle - alchimie constamment renouvelé.  

 

Les Radicaux Libres #2  Elégie pour un fuyard

Le deuxième volet poursuit l’expérimentation: Élégie pour un fuyard explore la tension-attraction entre le chorégraphe et les interprètes, les créateurs son et lumières, et la résultante, la co-création. «La danse comme objet commun, permet de créer une symbiose entre écriture chorégraphique et improvisation, chorégraphe et interprètes, chorégraphe, interprètes et musicien, chorégraphe, interprètes, musicien et créateur son, dans une conversation en perpétuel mouvement. Avec une composition emplie de tendresse, de joie, de mélancolie et de couleurs, Danse en l’R mène une exploration multidimensionnelle au cœur de l’intime pour célébrer la danse et la puissance de sa physicalité ». On sent un éloge de la fugue - ou de l’amour, force physique pour composer avec un ensemble de corps, un écho à la plus poétique des théories d’Einstein, l’intrication quantique: «...deux particules, même extrêmement éloignées l’une de l’autre, au moment où vous modifiez l’état de la première, quel que soit l’endroit où se trouve l’autre, son état se trouve instantanément et également affecté».

 

ÉRIC LANGUET : S’il sait en accepter les codes et les conventions, Eric Languet avoue n’avoir jamais su s’intégrer un groupe. Et c’est sans doute ce sentiment d’illégitimité qui nourrit depuis trente ans son parcours de danseur et chorégraphe, questionnant la marge, l’a-normalité, invitant au bal ceux que la vie ne destinaient pas danser. La beauté, chez Eric Languet, n’a plus de rapport avec l’esthétique des corps. Elle se situe ailleurs, dans les failles, les fêlures, la subtilité et l’ambigüité des rapports à l’autre.

Théâtre Vladimir Canter -Saint-Denis

29/09  - 19 h Les radicaux libres #1- °O-O° 

 

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

23 /10- 19 h Les radicaux libres #2- Élégie pour un fuyard

 

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13 /11- 15 h30 Les radicaux libres #2- Élégie pour un fuyard

 

 

 

Ma vie sans bal //WILSON PAYET & ÉRIC LANGUET //DANSES EN L’R

Wilson Payet et Eric Languet proposent une performance-conférence où se délie la langue, se déploie le corps, se libère le désir, avec élan, celui de la volonté de vivre, d’«être humain» quel que soit l’état de corps, au-delà de toutes normes, d’être mû par la même envie d’en être, d’y être, comme tous: danseur un point c’est tout.

 

Wilson Payet est un homme de 26 ans, porteur d’un handicap physique, d’un fauteuil roulant, atteint d’une maladie de la spina bifida (de la moelle épinière). A 10 ans, il a commencé à pratiquer le handisport et a été plusieurs fois champion et médaillé d’or en course fauteuil 100 /800/ 1500m; il a aussi été plusieurs fois champion de la Réunion en basket. En 2011, il a découvert la danse Intégrante en participant à un projet de Danses en L’R avec l’IEM de St-Louis. A la force de son talent et de la persévérance pédagogique de la compagnie Danses en l’R, il est devenu danseur professionnel. Il a dansé dans le duo Attention fragile en 2012 puis dans 4 autres pièces chorégraphiques d’Éric Languet qui ont été présentées dans plusieurs festivals en métropole et à la Réunion. ll a également suivi la première formation pédagogique de ce qui était encore la ‘danse intégrée’, ce qui l’a amené ensuite à assister les cours et même parfois à les diriger.

 

«Ma Vie sans bal part de l’envie d’exprimer simplement ce qu’est la danse intégrante telle que nous la pratiquons depuis le début des années 2000 chez Danses en l’R, du désir que j’ai de partager la danse avec toutes sortes de personnes considérées communément comme “anormales”, des fondements de cette pédagogie qui permet à chacun d’être au meilleur de ses possibilités et de la vision du handicap qui sous tend cette approche. Quelles sont les répercussions personnelles, sociales et politiques de la mise en œuvre de cette vision ? Nous n’avons ici ni réponses toutes faites ni leçons à donner mais Wilson et moi tenons à rendre compte d’une expérience humaine qui dépasse largement le cadre d’un studio de danse».

Éric Languet 

Théâtre Vladimir Canter -Saint-Denis

29/09  - 19 h  

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13 /11- 15 h30

 

 

 

© Céline Serrad

LOOKATMEKID // MARION SCHROTZENBERGER //Si Pina m’avait demandé? 

 

« Si Pina m’avait demandé »  interroge tout autant l’âpreté du quotidien d’une mère célibataire que les rouages de la création de la chorégraphe, s’en amuse et s’en étonne, se console et nous console. Telle une chanson de karaoké qui reste dans la tête, une chaise sur laquelle on se cogne sans cesse, ou une cigarette que l’on fume dans la pénombre, revient cette lancinante question : pourquoi se donne-t-on tant de mal ?

À ce moment charnière de l’existence, la chorégraphe dévoile les facettes contradictoires qui la hantent : entre enfance mystérieuse et avenir incertain, amant fantasmé et compagnon perdu, vie rêvée et vie vécue, c’est la figure fantomatique de Pina Bausch qui vient tirailler l’interprète de ses questions. Référence incontestée, familière et inspirante, la chorégraphe allemande sous-tend un propos sensible auquel le spectateur s’identifie, teinté d’autodérision, et d’une douce légèreté. Cette mise en abyme sert de prétexte à Marion Schrotzenberger pour interroger son rapport à la danse, au temps qui passe, au lien entre l’intime et le professionnel, à l’écriture chorégraphique nourrie de références artistiques.

 

Marion a débuté la danse contemporaine au conservatoire de Chalon sur Saône puis au CNSMD de Lyon où  elle a pu suivre sa formation auprès de professeurs et chorégraphes de renoms : Françoise Bénet, Maguy Marin, Carolyn Carlson, Anne Martin. Elle en sort avec la mention très bien et les félicitations du Jury. Elle intègre ensuite la formation Exerce au Centre chorégraphique national de Montpellier sous la direction de Mathilde Monnier. Cette formation lui permettra de travailler avec des chorégraphes internationaux durant une année: Mark Tompkins, Lisa Nelson, Odile Duboc. Elle emménage à Bruxelles et y est interprète pour des chorégraphes belges notamment Edith Depaule. Elle y fonde aussi le collectif Lookatmekid avec Ismaël Colombani et Cosima Jentzsch. Elle rejoint l’île de la Réunion dont elle est originaire et y développe son travail au sein de Lookatmekid. Elle donne une grande importance à la réalisation de projets de territoire, notamment la création de spectacles avec des amateurs de tous âges dans des cadres aussi différents que des lycées, la prison ou au sein d’associations de seniors.

Théâtre Luc Donat - Tampon

9/11 - 20 h  

 

Blurred memories Madagascar// HARIVOLA RAKOTONDRASOA

Madagascar

Bambous-CRR  -Saint-Benoît

10/11 - 19 h30                                                                       

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13/11 - 18 h         

Voyage autour de mon nombril //JULIE LARISOA

Madagascar              

 Bambous-CRR  -Saint-Benoît

10/11 - 20 h                                                 

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13/11 - 18 h           

 

 

 

© Mariano Silva

Deus nos acudi//PAK N’ DJAMENA

Mozambique

Pak N’Djamena est un chorégraphe mozambicain qui propose une œuvre de danse contemporaine travaillée par des mouvements interrogatoires, en allers-retours centripètes et centrifuges, du local au global, de la matrice culturelle à la société de consommation. Quelle place pour le corps aujourd’hui ? Dans une société qui a été imprégnée par le rapport de domination : religion sécularisée, croyances, divinités, rituels, mythes, etc..Comment ces héritages traversants jusqu’aux actes du quotidien se fragmentent-ils et peuvent être utilisés comme l’une des stratégies de contrôle social, affectant directement la façon dont on va normaliser les êtres et une société dans son ensemble. Comment s’est perpétué tout au long de l’histoire ces marques, cette violence, dans l’expression et la fabrication des corps? Le corps contemporain est-il libre ou contrôlé ? Original ou est-il pure imitation? L’expérience du corps est-elle influencée par les schémas culturels dans lesquels il s’insère ?

 

Pak Ndjamena est un artiste prolixe aux multiples casquettes. Danseur, chorégraphe, acteur culturel, musicien et acteur Pak Ndjamena ne voit pas l’art de manière unilatéral pour lui, l’art doit être collaboratif.  Au cours de sa carrière il a d’ailleurs collaboré avec de nombreux artistes de tous les horizons et de différentes familles artistiques. Pour autant, Pak Ndjamena ne se considère pas enraciné à un territoire géographique ou culturel particulier, ni attaché à une langue. Bien qu’il soit fier de ses racines africaines, il se considère comme un citoyen du monde et considère l’art comme un langage commun qui permet de communiquer avec ses homologues, n’importe où dans le monde. Cette vision, Pak se l’est construite à travers ses voyages dans plus de 10 pays où il a exposé son art sous ses diverses formes. La danse contemporaine étant la pratique la plus récurrente dans sa carrière artistique. Pak a chorégraphié et interprété plus de 20 pièces et a remporté le Mozal Arts & Culture Award 2019 dans la catégorie danse à Maputo, au Mozambique.

Bambous-CRR -Saint-Benoît

10/11-20 h                                                                  

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13/11- 20 h

 

 

SR DANCE //STEPHEN BONGARÇON//Déplacés

Maurice

Déplacés est une création de Stephen Rolf Bongarçon, qui met en scène, au travers de la danse contemporaine, la douleur du peuple Chagossiens. Nous nous mettons dans la peau de ces exilés, de ces migrants en éternelle soif de leur pays, îles laissées en bord de rêve, à la lisière de l’océan indien.

 

En 1965, le premier “illois1.” déporté des îles Chagos, se retrouvait seul et démuni sur un quai de Port-Louis. Avec lui, commençait l’exode d’un peuple dont le dénouement reste encore sujet à conclusion.

Car, si d’autres diraient que « beaucoup d’eau a coulé sous les ponts» , ce sont surtout le sang et les larmes qui ont coulé. Après avoir connu les affres de la pauvreté dans les faubourgs de la capitale de l’île Maurice, notamment à Cassis et Baie du Tombeau, les “Illois” vont essayer de se fondre dans les méandres de la “civilisation” moderne, eux qui vivaient quasiment en autarcie dans les îles Diego Garcia, Perros Banhos et Salomon.

Texte de Sedley Richard Assonne 

1. Nom donné aux habitants des îles Chagos

 

Stephen Rolf Bongarçon est un concepteur de spectacle, metteur en scène, consultant de danse, conseiller pédagogique et chorégraphe originaire de l’île Maurice. Il est connu pour son propre style de danse SAGAM, style technique particulier qui  mélange la danse contemporaine aux tonalités indiennes et mauriciennes, avec du Katakh et qui lui a permit d’être reconnu mondialement. Il est le fondateur et directeur de l’école de danse professionnelle SR Dance Ltd. Il a été le chorégraphe de plusieurs événements à l’ile Maurice, tels que le spectacle ‘Peuplement du Monde’, monté pour la conférence UNESCO en novembre 2018 où il est metteur en scène et chorégraphe. Le banquet pour le gouvernement à l’occasion de la fête de l’indépendance, la commémoration de l’abolition de l’esclavage, l’inauguration du nouveau terminal de l’aéroport (2013). Il a été sacré Meilleur Chorégraphe à l’ile Maurice par le ministère de l’art et de la culture mauricien, il a été médaillé d’or aux jeux de la francophonie (Beyrouth 2009) et au concours Régional Réunion/France en Ethnic Dance (2009). 

Bambous-CRR -Saint-Benoît

10/11-20 h                                                                  

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13/11- 20 h  

 

 « Parmi les cris des loups on n’entend pas le mien »

//Alexa ALTHIERY et Cédric MARCHAIS // CIE 3.0

 

© Maëva Thurel

« Parmi les cris des loups on n’entend pas le mien » est la première création chorégraphique des compagnons Cédric Marchais et Alexa Althiery.

La pièce est découpée en 3 tableaux et vient mettre en exergue les étapes de constructions des individus pour questionner le rapport avec le groupe. Tout d’abord un quatuor, où la puissance du clan est conviée tout autant que son effondrement par l’émergence des personnalités des individus qui le composent. Vient ensuite le solo, que se passe t’-il lorsqu’un individu construit par et pour le groupe se retrouve seul. Tableau final :

un duo, la rencontre avec l’autre et finalement avec soi-même.

 

Alexa ALTHIERY et Cédric MARCHAIS

Chorégraphes-compagnons

Initialement ingénieur en informatique, Cédric Marchais a rencontré la danse à l’âge de 22 ans. Il intègre la formation «Coline» dirigée par Bernadette Tripier dans laquelle il danse les pièces d’Angels Margarit, Edmond Russo et Shlomi Tuizer, Thomas Lebrun, Georges Appaix, et David Hernandez. Il a ensuite été recruté par Eric Languet, chorégraphe réunionnais, depuis la fin de l’école. Il évoluera pendant près de 3 ans au sein de cette compagnie, Danses en l’R, en tant que danseur mais également formé à la danse intégrante,processus d’atelier pour personnes handicapées. Parti un an au Japon, il revient à La Réunion au sein des nouveaux projets de la Compagnie Danses en l’R, mais également sans la nouvelle création création de la COMPAGNIE 3.0 d’Edith Château : ABSTRACT- un monde.

 

Originaire de l’île de la Réunion, Alexa s’est rapidement intéressé au tissu aérien qu’elle perfectionne durant son séjour à Mayotte. Passionnée par la danse, elle décide de laisser de côté son travail comme psychologue pour se former à la danse contemporaine à Lisbonne. Récemment diplômée de la Formation Danse-théâtre Olga Roriz.

A son retour à La Réunion elle rencontre Edith CHATEAU lors d’un workshop de recherche pour la nouvelle création de la COMPAGNIE : ABSTRACT- un monde et intègre la création où elle lie le tissu aérien à la danse contemporaine.

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

10/11 -  20 h  

 

                            

© Kenji

KENJI// CIE KENJI //Véli

La poésie s’associe à la danse Hip Hop et ainsi Véli naît. « L’étoile » en tamoul réunionnais, la première qui s’allume la nuit et la dernière à s’éteindre; devient ici un phare pour se ré-approprier par la danse le style Fonnkèr. L’interprétation de la dimension lyrique du genre mêle à la chorégraphie, le chant, la parole, la lumière et la musique. Une nouvelle dimension de l’univers de Kenji, par cette nouvelle création sera ainsi dévoilée et cherchera à transporter le public vers une partition danse originale.

 

Originaire de l’île de La Réunion, Kenji s’installe à Montpellier en 2004 pour se former aux danses académiques et se perfectionner à la danse Hip Hop. En 2006, ses participations aux battles et à l’émission MTV Dance Crew lui permettent de se faire repérer et de travailler en tant qu’interprète avec des compagnies renommées telles que Aktuel Force, Vagabond crew ou la compagnie E-GO. Ces expériences en tant qu’interprète lui donnent envie de tenter sa propre expérience chorégraphique. Kenji change alors de registre et passe des battles à la création. En 2014 toujours, il crée avec sa nouvelle compagnie « Compagnie Kenji », le spectacle « Insomnia ». Cette création est la première qu’il crée à Montpellier. La première est diffusée en octobre 2014 au Théâtre de Nîmes. S’en suivent en 2015 plusieurs dates de diffusion en métropole et à Mayotte.En 2015 une commande de l’association Hip Hop Evolution à Mayotte lui permet de créer le spectacle Sous-France / Outoungou » qui réunit 4 danseurs mahorais et est encore diffusé aujourd’hui. Il prépare en 2016 sa nouvelle création “À cordes et Nous” à Montpellier dont l’entrée de résidence de création a été réalisée à la rentrée 2016 et a été diffusée en Novembre 2017.

Kenji sera en Résidence à

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

13 /09 - 20/09 -Résidence de création

01/10 -05/11 -Résidence de création

10/11-19/11 -Résidence de création

 

SPECTACLE :

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

20/11- 14 h avec Fée Mazine +20 h

 

 

© Maëva Thurel

MILA //EDITH CHATEAU//CIE 3.0

« Dann domounité néna fratèrnité, kosa nou la fé ansanm sororité?»

«Dans humanité il y a fraternité, qu’avons-nous fait de sororité»

Manuella Thuy-Thy

  

MILA, c’est l’histoire d’une rencontre entre Edith Chateau et une femme réunionnaise engagée, Manuella Thuy thy. Le solo MILA,  c’est d’abord l’envie de dire ce que signifie être une femme à la Réunion, aujourd’hui. La collaboration entre les deux femmes a débuté en 2020 poussée par l’énergie du Festival Fanm Debout, qui proposait de diffuser des spectacles sur le thème de « la femme dans le temps ». Au fil du développement de ce projet artistique, Manuella a été rejoint par ses deux soeurs Corine Thuy Thy et Krystel Dalèle.

Formée au conservatoire national de région de Limoges en danse classique, elle obtient son diplôme de fin d’études chorégraphiques en 1999. A Toulouse, elle débute au sein de la compagnie néoclassique Ballet Intemporel de Bertrand Giampietri dans différentes chorégraphies telles que «D’un monde à l’autre» et «Classic Remix». Elle poursuit en intégrant la compagnie contemporaine Ballet Actuel de Nathalie Bard sur la création 2005  «Là». Edith entre en formation au CND de Lyon et obtient son diplôme de professeur de danse contemporaine en 2007. C’est sur cette même année qu’elle s’installe à la Réunion. Elle travaille depuis avec Valérie Berger, chorégraphe de la compagnie Tétradanse dans le spectacle « Marry Me » mais aussi « Lucy », « La Petite Robe Rouge » et co-signe sur « Tatre Tatin » en 2011. Elle entre en parallèle au sein du Collectif AléAAA et interprète « Farouches », 

« Marelle(s) » et « les éclaireurs ».Elle intervient depuis 4 ans en tant qu’enseignante au lycée sur les options danse de St Denis, St André et sur divers ateliers artistiques en milieu scolaire. 

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

18/12 - 20 h  

 

+ Abstract// CIE 3.0

Les Bambous  -Saint-Benoît

10/09 - 19 h  

 

+

© Sebastien Marchal

 

MORPHOSE //SORAYA THOMAS//Souffle - La révolte de l’intime 

« Que se passe-t-il dans l’œil du cyclone ? Avec Souffle, je souhaite explorer l’intime et les liens du clan quand tout se déchaîne autour. L’air est l’élément que je souhaite travailler dans cette pièce, comme une respiration offerte, un temps de communion partagée entre les danseurs, l’espace et les spectateurs».                

Soraya Thomas 

 

 

«Souffle» est le dernier volet de la trilogie «La Révolte et l’intime». Après la Révolte des papillons // et mon cœur dans tout cela ? La chorégraphe Soraya Thomas impulse une recherche et une création inspirée des phénomènes environnants, naturels et sociologiques. Quelles forces préemptent la puissance du mouvement de vie ou de survie? Quelles forces président aux dynamismes des corps malmenés par une tempête, un cyclone, si ce n’est le souffle? Souffler pour se reposer, pour reprendre des forces mais dans quel environnement ? À partir de là se pose la question du contexte, des autres et du clan. Comment ces concepts re-dessinent nos interactions, nos relations ?

  

Formée au Conservatoire d’Annecy, Soraya Thomas obtient son Diplôme d’État à l’enseignement de la danse en 2000, avant de rejoindre la Compagnie Coline, cellule d’insertion professionnelle pour jeunes danseurs contemporains. Elle y rencontre Jean-Claude Gallotta, Michel Kéléménis et Myriam Burns pour lesquels elle reprend des rôles. Arrivée à La Réunion en 2002, elle collabore en tant qu’artiste-interprète aux projets de la Cie Danses en L’R - Éric Languet qui produit sa première pièce chorégraphique en 2007, J’ai pas cherché...?. En 2011, elle fonde la Compagnie Morphose et entame sa recherche sur les espaces public et intime, fil rouge de sa démarche artistique. En 2015, Barry n’est pas complètement blanc, pièce pour trois danseurs, ancre un peu plus son univers singulier sur le territoire réunionnais. En 2017, Head rush confirme l’engagement physique et politique de son travail chorégraphique. En 2019, elle entame son triptyque sur la révolte et l’intime avec La Révolte des papillons, spectacle pour la rue acclamé à La Réunion et au Festival international de théâtre de rue à Aurillac. Le deuxième volet, le solo manifeste Et mon coeur dans tout cela ?, a été créé en octobre 2020. Soraya Thomas travaille actuellement sur la dernière pièce de cette trilogie : Souffle 

 

Souffle//MORPHOSE sera en Résidence à

Stella Matutina

29/11- 01/12

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

06/12- 11/12

 

Et mon coeur dans tout cela ? // MORPHOSE

Théâtre Luc Donat -Tampon

01/10 - 13 h + 20 h  

Les Bambous  - Saint-Benoît

24/09 - 20 h  & 25/09 - 17 h  

 

+Edition océan Indien #1

Manufacture CDCN-Nouvelle Aquitaine

23/11 soirée I love soli

 

En+

 

+Novembre numérique

Institut Français -Maurice    

Soirée VJing Marianne Lebon

Masterclass Edith Chateau

--

+ Surprise numérique 

Bambous-CRR -Saint-Benoît

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre  

 

+Projections Vidéo-Danse

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

 

+Parcours ateliers Big Mother

Céline Amato

CROUS IUT -Terre Sainte     

 

+ Moring O.I. - Rencontre

Théâtre de Pierrefonds -Saint-Pierre

14/11         

 

+Illuminations-Dispositif Vidéo-Danse

Ville de Saint-Pierre

 

+Edition océan Indien #1 

Manufacture CDCN-Nouvelle Aquitaine

23/11 soirée I love soli

LIONEL BÈGUE//La fuite 

 

 

Réservation sur: 

info@lalanbik.re

https://www.lalanbik.org

 

CONTACT : 

Tel : +262 692 37 89 34

POUR VENIR :

Théâtre pierrefonds 

8 Chemin Salomon Malangu, 

Saint-Pierre, La Réunion

https://goo.gl/maps/WcofiqUCz632w4sk7